«

»

Oct 27

Éducation budgétaire et financière, investissez-vous

apple-256263_640L’éducation budgétaire, c’est quoi ? C’est apprendre à gérer un budget, afin de s’en sortir le mieux possible avec ce que l’on a. C’est à la portée de tous, et cela devrait faire partie de l’éducation des enfants dès leur plus jeune âge afin qu’ils apprennent la valeur de l’argent.

 

L’éducation budgétaire c’est simple, mais cela ne s’improvise pas. Ça s’apprend.

  • Tout d’abord, savoir gérer un budget, c’est ne pas dépenser plus d’argent que ce que l’on possède. C’est la base ultime, le début de tout. Il n’y a pas d’exception à faire : Plus de sous, pas d’achat !
  • La seconde étape consiste ensuite à répartir ses dépenses de façon équilibrée et logique. Vous gagnez 1000€ par mois, c’est très bien si vous ne dépensez pas plus. C’est encore mieux si vous ne consacrez pas la moitié de cet argent pour sortir au resto ou pour partir en week-end : Définir les dépenses prioritaires !
  • Le budget pleinement respecté et les dépenses prioritaires bien définies, il convient de les optimiser au maximum, sans pour autant nécessairement réduire son niveau de vie : Dépenser mieux pour économiser plus !

 

Exemple : Monsieur et Madame MICHU sont deux trentenaires. Ils ont un jeune enfant. Ils gagnent, à eux deux, prestations familiales comprises, 2000€ par mois… Jusqu’à présent, ils finissaient chaque mois à découvert. Ils n’ont jamais été capable (par négligence) de respecter leur budget.

. Un beau jour ils décident de se prendre en main. Ils font le choix de tout payer en espèces. Ce n’est pas très pratique, mais ils parviennent ainsi à ne pas dépenser plus que ce qu’ils ont. Ils sont parvenus à franchir la première étape.

. Par la suite, ils se disent qu’il serait peut-être mieux de mieux organiser leurs dépenses afin de ne pas finir le mois en ne mangeant que des pâtes et du riz. Ils décident alors de noter noir sur blanc l’ensemble de leurs dépenses du mois passé. Cela leur permet de se rendre compte que leurs dépenses en sorties le week-end pourrait être revues à la baisse, afin de favoriser leurs dépenses de nourriture.

. Tout heureux de cette nouvelle organisation, Monsieur et Madame MICHU se disent que si ils pouvaient mettre un peu d’argent de côté, ça leur serait utile en cas de coup dur, voir même, pourquoi pas, pour les études de leur(s) enfant(s). Changer de fournisseur d’électricité/gaz, dépenser moins en téléphonie mobile, …

À force de temps, de persévérance et surtout de volonté, Monsieur et Madame MICHU sont parvenus à développer une éducation budgétaire qui ne pourra que leur être bénéfique pour le reste de leur vie.

 

Inversement, l’éducation financière est beaucoup plus difficile à appréhender.

Tout d’abord, avant de commencer son apprentissage, il convient d’être bien au point concernant l’éducation budgétaire. Si vous n’êtes pas en mesure de respecter un budget comme c’était le cas de Monsieur et Madame MICHU, il est inutile de vous lancer dans une éducation financière.

  • La première chose à faire d’un point de vu financier est de s’assurer que le train de vie menné correspond bien aux revenus perçus. Dégager de l’argent que l’on peut mettre de côté est la base : Être ou paraître, il faut choisir !
  • Vient ensuite le moment de placer cet argent. Tout le monde connait le Livret A, le LDD, le PEL, … Placer de l’argent sur ces supports est une bonne chose tant qu’il ne s’agit que de se créer une petite épargne de secours. Au delà, ces supports sont sans grand intérêt : Votre banquier est un petit cachotier !
  • Heureusement, hier, en surfant sur la vague du web, vous êtes tombés sur une pub qui vous propose de placer votre argent avec un rendement garanti de 20% par an. Aguichés par le site internet « qui fait pro », vous foncez tête bêche : Grave erreur qui va vous coûter trèèèès cher !
  • Vous ne vous en sortez finalement pas trop mal. Vos pertes ont été limités, mais on ne vous y reprendra plus. Vous en êtes convaincus, l’éducation financière ce n’est pas pour vous. Vous vous retirez donc, et décidez de vous contenter de votre Livret A et de votre PEL : Si vous tombez… relevez-vous… et marchez… ne restez pas sur place !

 

Exemple : Désormais très l’aise avec leur gestion budgétaire, Monsieur et Madame MICHU décident de passer à l’étape supérieure. Ils ont mis de côté sur leur Livret A l’équivalent de six mois de revenus, ainsi qu’un petit pécule sur le LDD qu’ils utiliseront pour les études de leur(s) enfant(s).

. Pour commencer, ils évoluent leur train de vie. Vivent-ils selon leurs moyens ou au-dessus de ceux-ci ? Ils ont une capacité d’épargne non négligeable, ils ont de l’argent de côté pour les imprévus ainsi que pour les impôts (ne jamais les oublier ceux-là !), il se font de petits plaisirs de temps en temps sans que cela ne grève leur budget… ils vivent donc selon leurs moyens. Un très bon point pour eux.

. Coûtumiers du Livret A et de tous ses semblables ne rapportant que des clopinettes, ils veulent faire fructifier un peu leur argent. Leur conseiller bancaire changeant tous les quatre matins, ils décident de s’en passer. À force de recherches sur internet, ils tombent sur un forum : Devenir Rentier (une vraie mine d’informations !). Il s’y inscrivent, se présentent, et échangent avec les nombreux membres, lesquels leurs apportent des conseils.

. Monsieur MICHU à justement eu vent d’une technique de trading révolutionnaire qui garanti de gagner 5000€ par mois en ne « travaillant » que 5 minutes par jour… heureusement pour lui, il est vite ramenné sur terre et évite ainsi de tomber dans une arnaque qui aurait pu lui coûter trèèèès cher. Désormais il sait que plus les gains « promis » sont importants, plus les risques de tout perdre et/ou de se faire arnaquer sont grands.

. Monsieur et Madame MICHU vont, à partir de là, pouvoir apprendre un peu plus par eux-mêmes au cours des semaines et mois à venir (rien ne sert de courir, il faut partir à point). Vont-ils se lancer dans l’immobilier (en direct, SCPI, REITs, …), la bourse (CTO, PEA, actions, ETF, …), l’Assurance Vie, un peu tout à la fois ? C’est ce qu’ils vont avoir à décider. Ce qui est certain, c’est qu’ils ne mettront sur ces support que de l’argent dont ils n’auront, à priori, pas besoin avant plusieurs années.

Sans se prendre pour des as de la finance, Monsieur et Madame MICHU sont passés de « paniers percés » à « se préoccupant sérieusement de leur avenir financier ». Même si ils savent qu’ils ne deviendront pas riches, ils se disent qu’ils parviendront peut-être à améliorer leur future retraite, voir à transmettre, un jour, quelque chose à leur(s) enfant(s).

 

Voici donc ce que sont l’éducation budgétaire et l’éducation financière.

Si je devais me situer, personnellement, au même titre que Monsieur et Madame MICHU, je dirais qu’il y a encore un an je me contentais d’une bonne éducation budgétaire. Rien de plus. Aujourd’hui, je me suis « formé » à l’éducation financière et je fais de mon mieux pour préparer mon avenir, ainsi que celui de mon/mes enfant(s).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>