↑ Revenir à technique

les petites gouttes font les grandes rivières

piggy-bank-1056615_640Quelques euros ici, quelques euros par là… Bien souvent réaliser de petites économies ressemble à de la pingrerie ou à de la radinerie. C’est pourtant l’une bases d’une bonne gestion budgétaire.

Deux euros c’est rien, c’est pas ça qui va changer ma vie…

Dans l’absolu, ce n’est pas faux. Mais deux euros d’un côté, d’un autre, et encore d’un autre, au final cela commence à faire pas mal d’euros. Et comme le dit si bien le proverbe, il n’y a pas de petites économies.

Après, il est important de voir ce que représentent les économies réalisées par rapport à au prix payé avant. Si vous parvenez à économiser 2€ sur quelque chose qui auparavant vous en coûtait dix, vous avez tout de même réalisé 20% d’économie sur cette dépense. Dit comme cela, la perception des choses est toute autre.

Il est donc important de calculer les économies réalisées non pas en valeur absolue –j’ai économisé 2€-, mais bien en valeur relative –j’ai économisé 20%-. Cela sera beaucoup plus parlant, tant pour vous que pour les personnes avec lesquelles vous serez peut-être amenés à aborder le sujet. Celles-ci seront d’ailleurs probablement plus réceptives à l’entente d’un « -20% » plutôt qu’à celle d’un « -2€ »

Petit exemple personnel : Ce matin j’ai effectué une commande de lait en poudre pour ma fille. Avant de la valider, j’ai calculé l’économie réalisée par rapport au prix de vente public. Celle-ci se montait à 3,87€/boite. Autrement dit, j’ai payé la boîte de 900 grammes avec une réduction de 21,6% ! Sur 5 les boîtes achetées, cela m’en fait, techniquement parlant, une gratuite.

Ces petites économies réalisées à répétition permettent d’acheter des produits de qualité (lait infantile bio sans huile de palme et sans taurine, couches en grande partie biodégradables et sans produits chimiques, …) qu’il ne serait pas nécessairement possible d’acheter autrement. Elles permettent également d’augmenter la capacité d’épargne mensuelle.